lundi 25 juin 2018

L’air si frais de la rambarde

Au bois du rêve
Un soupir et le silence…
-      L’écume et l’ascension- 

Ce sel dans l’émoi
D’une perle de cils
-      Chambranle des insoumises-

Un air si frais dis-tu
Aux berges d’outre cœur
-      Un sifflement solitude-


© Texte et photo (Islande) Thierry Crépin-Leblond Juin 2018


lundi 11 juin 2018

La ruche des mots

Sous l’écume d’un soupir
La pâleur du regard
Tel un bandonéon amnésique
Qui se consume si vite

C’est la ruche des mots
C’est aussi parfois silence…
Le désir et communier
Aux alysses de tes lèvres

Alors ce choc émouvant
Syllabique entropie des idées
Et ces étoiles de la vie
Recueillies à la hâte

Si le bonheur est dans le cœur
L’amour lui renaît encore
Dans la ruche des mots :
…un bail éphémère d’infini…

©Thierry Crépin-Leblond texte et illustration

dimanche 3 juin 2018

Nuit d’été

Te parler de l‘été,
Les senteurs de la dune
Au loin calme dans le bleu,

Te parler d’un creux de vie,
L’échancrure de mémoire
Glissant sous mes mains,

Te parler doucement
De ce soupir lunaire,
Volute grimée dans l’obscur,

Te parler encore d’été,
Et de ce grillon doré
Qui plisse les cordes de la nuit…

Cet été s’en retourne
Comme le bris d’un cil
S’envolant dans le noir,

Parler, mais forger en silence
Cette évidence aimantée
D’une lente nuit d’été…

Vois, là, l’encre s’étiole,
La main caresse les rimes
Et le sommeil m’accompagne

-Enfin-

©Texte Thierry Crépin-Leblond Juin 2018
Toile Béatrice Merlier-Colin





jeudi 24 mai 2018

De ses yeux perlés

J’ai de ses yeux
L’univers du soupir
La hâte du silence
Le savoir d’un autrement 
Et le souvenir écartelé

J’ai de ses yeux
Le bleuet du rire
La marée descendante
La dune violine du cœur
Et ce souvenir émerveillé

J’ai de ses yeux
Le clair d’un ru
Le détour d’une gîte
La vague encerclée
Et ce souvenir ému

Telle une perle dans mon cœur

© texte Thierry Crépin-Leblond Mai 2018
Illustration  «  Le paysage bleu » Chagall

vendredi 18 mai 2018

L’amour

Au regard essoufflé de tes lèvres
A la brise qui se tait à la nuit
Aux mains si jointes
Aux corps émus
Au cœur
Encore

Je viens
Te dire l’aube
T’offrir le dos du temps
Parler encore et de nous aussi
Et rejoindre la mer aux lents embruns
Salés

Ce soir de mai
La chambre se referme
Le ciel est bleu de tes mains
Tes cils sont le poumon de mon cœur
Je sais désormais le siècle qui s’étire pour nous
Toujours

Et d’un soleil
Au regard soupiré
A la brise qui se tait d’ennui
De tes lèvres emprisonnées
Tu pries le temps détaché
Mais l’amour…

L’amour


©Texte Thierry Crépin-Leblond mai 2018

jeudi 10 mai 2018

D’un regard

Que ne souffrir d’un clin
De vos yeux au matin
Comme au désespoir 
De l’étreinte du soir
Une brèche venteuse
Madame, miraculeuse,
Se brise naufragée
Sur mon cœur assiégé

Princesse au bois dormant
De vos cils soupirants
À l’interdit déclin
De vos yeux au matin
Au souffle cristallin
Vers cet autre clin
Madame de vos bleus 
Je me sais aimer heureux

La vie est draps de songes
Et le râle est mensonge
Mais au clin de votre cœur
Vous êtes ma lueur
Et sachez au matin
Si fous de vos yeux malins
Oui, Madame, à cette heure
Je succombe et meurs.

©Texte Thierry Crépin-Leblond mai 2018a

mardi 8 mai 2018

Fleurs

Elles sont étales
À l’agonie des nuits
La fragrance égarée
Dans l’ivresse d’un frisson
Des ancres enfouies
Au puits des songes
Immobiles encore
Larvées d’impudeur

L’aurore se teint de bleu
Les cheveux égaillés 
Le souffle nu d’un pétale
Dans la brise me ravit
Et cette infidèle
Si délicate brume
Entoure leurs corps 
D’un drapé de folie

Elles ces fleurs
Disais-je ma Mie
Au contour imparfait
D’une envie naissante
Elles sont étales
Grimées de l’aube
Elles sont ma vie
À l’acmé de ton cœur

©Texte Illustration Thierry Crépin-Leblond Mai 2018